soutien

Ateliers citoyens, ce nouveau projet porté par le CIRÉ

Le CIRÉ figure parmi les heureux élus du projet cofinancé par l'AMIF (Fonds Asile, Migration et Intégration) et par la COCOF (Commission communautaire française), qui vise la formation à la citoyenneté du public primo-arrivant en Belgique. Ce projet, quoique nouveau, est l’aboutissement d’années d’expertise du CIRÉ en termes d’initiation à la citoyenneté.

Les ateliers citoyens, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un projet d’initiation à la citoyenneté s’adressant à un public primo-arrivant en Belgique qui offre à la fois:

  • un lieu d’information et de dialogue permettant aux primo-arrivants d’avoir des clés de compréhension de la société belge, sous tous ses aspects (logement, santé, sécurité sociale, emploi, etc.)
  • une formation pratique permettant à chaque participant d’élaborer son bilan de compétences, pour ensuite construire, pas à pas, un projet personnel réaliste (identification d’une formation ou autre activité sociale, réalisation d’un CV, etc.).
    Pour les informations pratiques relatives au projet, voir plus loin.

Historique

Le projet "ateliers citoyens" n’est pas né du jour au lendemain mais est le fruit d’années d’activités avec les primo-arrivants, qui ont permis de développer une méthodologie confirmée en termes de formation. Revenons un instant sur l’historique du projet.

Il était une fois ARCADA…

La formation "ARCADA" a été initiée en 2005 par le CIRÉ, en étroite collaboration avec le Service de Santé Mentale Ulysse, à destination d’un public migrant en situation de séjour précaire. Cette formation originale, en marge des formations ‘classiques’ d’orientation socioprofessionnelle, tenait compte des difficultés entraînées par l’exil et la confrontation du projet migratoire à la réalité d’accueil en Belgique – notamment une capacité d’action très limitée, l’isolement social, la perte de repères, et la dévalorisation des compétences.

Basée sur une approche humaniste et non-directive, "ARCADA" offrait un espace à l’écart des tracas institutionnels, administratifs et sociaux liés au statut de séjour des migrants et poursuivait un triple objectif:

  • Créer un espace de réflexion permettant aux participants d’identifier leurs qualités et compétences et de mieux cibler leurs envies
  • Renforcer la créativité propre à chaque individu afin qu’il puisse se découvrir autrement et redonner sens à son projet migratoire
  • Proposer des outils qui valorisent les connaissances partagées et individuelles, pour que chaque participant élabore, pas à pas, un projet personnel réalisable.

Et son petit frère, le BAPA…

Si le projet "ARCADA" était centré sur la construction d’un projet personnel, le BAPA (Bureau d’Accueil des Primo-Arrivants) s’est davantage axé sur le transfert d’informations. Ce projet, mené de 2011 à 2015 en partenariat avec la commune d’Ixelles, avait en effet pour but d’informer les migrants sur leurs droits économiques et sociaux et, partant, de favoriser leur intégration à la société d’accueil.

Le BAPA s’est structuré en deux modules: un module "citoyenneté" dotant les participants de toutes les informations nécessaires à la compréhension de la société belge (géographie et histoire de la Belgique, organisation politique et administrative, droit des étrangers, logement, etc.) et un module d’ orientation socio-professionnelle prenant la forme d’entretiens personnalisés autour du bilan sociojuridique et professionnel de la personne.

Avec le soutien de la COCOF et de l’AMIF

  cocof     drapeau européen
Dernière modification le mercredi 15 mars 2017 10:55