soutien

Pas de frontières entre les migrants

La distinction entre "bons réfugiés" et "mauvais migrants" ou sans-papiers est réductrice et fausse, parce que les crises qui chassent hors de chez elles les personnes migrantes sont bien plus complexes que la dichotomie guerre ou pauvreté. Découvrez la carte blanche sur la nécessaire solidarité avec les sans-papiers publiée ce jeudi 1er octobre 2015 sur le site internet du journal Le Soir.

Le jour de la condamnation de la Belgique par la CEDH, des familles européennes de nouveau à la rue

Des familles se retrouvent de nouveau sans hébergement, alors que la Belgique vient d’être condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour traitements inhumains et dégradants en laissant à la rue une famille serbe de demandeurs d'asile. Les associations qui accompagnent les familles en errance à Bruxelles demandent que la Région et les communes bruxelloises adoptent enfin des solutions d’inclusion à travers le logement et l’accompagnement pour agir en conformité avec les engagements européens et éviter ces situations inacceptables. Découvrez le communiqué du 8 juillet 2015.

Sommet sur les migrations: l'Europe ni humaine ni solidaire

A la fin de cette semaine, les dirigeants européens se réunissent en sommet pour discuter des propositions de la Commission censées répondre à la crise "migratoire" qui se déroule en Méditerranée. Il est question de mettre en oeuvre la solidarité, mais certains États rechignent à accueillir plus de demandeurs d’asile et de réfugiés. Surtout, au-delà des discours, se dessine un consensus clair pour le renforcement des politiques de fermeture des frontières. Ce n’est pourtant pas la solution. Le CIRÉ et le CNCD-11.11.11 appellent le Conseil européen à mettre en oeuvre un tout autre paradigme et lui rappellent encore que les migrants sont avant tout des êtres humains. Découvrez le communiqué du 24 juin 2015.

Le subtil démantèlement de l’accès à la justice nous concerne tous!

Depuis le 1er janvier, les prestations d’avocats sont soumises à la TVA de 21%. La Cour constitutionnelle examine aujourd’hui le recours contre cette mesure adoptée l’année dernière, dont peu de citoyens ont connaissance et sans doute moins encore se sont indignés. Pourtant, ajoutée à d’autres mesures allant dans le même sens, elle risque de peser lourd sur la possibilité, pour chacun(e), de bénéficier de l’assistance d’un avocat. Une carte blanche de la Plate-forme "Justice pour tous" publiée sur le site du journal Le Soir le 8 juillet 2014.

S'abonner à ce flux RSS