soutien

Relocalisation des demandeurs de protection: l’imposture de la solidarité - CP

 Il y a exactement deux ans, l’Union Européenne mettait en oeuvre le "plan de relocalisations" des demandeurs de protection internationale venant de Grèce et d’Italie. Un système de solidarité entre les États membres, auquel la Belgique a participé. Chichement. Froidement. En poursuivant les renvois de demandeurs d’asile vers ces deux pays dont elle se disait solidaire…

À voir: Le Piège de Dublin, la face cachée de la crise grecque

piege-de-dublinÀ travers l'histoire d'un demandeur d'asile afghan qui a remporté une victoire historique à  la Cour Européenne des Droits de l'Homme, ce film jette un regard nouveau sur les conséquences des politiques migratoires dans un pays mis à genoux par la crise économique: la Grèce. "Le Piège de Dublin" interroge politiciens, intellectuels, militants, immigrés et extrémistes afin de comprendre comment des mesures d'austérité, combinées à une vague migratoire sans précédent et un système de rapatriement européen inéquitable connu sous le nom de Dublin II, engendrent des tensions raciales, une montée du nationalisme et une crise humanitaire aux frontières extérieures de l'Europe.

Pour des alternatives à la détention des demandeurs d'asile en Belgique

unhcr-alternatives-a-la-detention-1Le droit à la liberté et le droit à la protection contre la détention arbitraire sont des droits humains fondamentaux. Ils s’appliquent à tous les êtres humains, indépendamment de leur statut légal. La liberté de circulation est également un droit accordé aux réfugiés par la Convention de Genève. On constate cependant que, depuis quelques années, les Etats européens recourent plus fréquemment à la détention des demandeurs d’asile. Dans certains cas, tels celui des demandeurs d’asile à la frontière ou des demandeurs d’asile en transfert vers un autre Etat membre dans le cadre de l’application du "Règlement Dublin", ces mesures sont appliquées de manière quasi systématique. Elles apparaissent alors davantage comme des mesures dissuasives allant à l’encontre des principes de protection internationale.

La Belgique condamnée pour son application du règlement de Dublin

reglement-dublin-arret-mss-belgique-greceLe 21 janvier 2011, la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg a condamné la Belgique pour traitement inhumain et dégradant à l'égard d'un demandeur d'asile. L'absence de recours effectif dans le droit belge a également été mis en cause. C'est à travers le prisme du règlement Dublin qu'un des aspects de la procédure d'asile en Belgique et en Europe est passé au crible. Retour sur le contenu de ce règlement, ses objectifs, son application, ses failles et les changements souhaités par la Cour européenne des droits de l'Homme.

Communiqué du 21 janvier 2011: La Cour européenne des droits de l'Homme condamne la Belgique pour le renvoi d'un demandeur d'asile afghan vers la Grèce

drapeau-europeenDans un arrêt rendu ce 21 janvier 2011, la Cour européenne des droits de l'Homme a sanctionné la Belgique en matière d'asile. Le CIRÉ, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Amnesty International, Jesuit Refugee Service Belgium, Caritas International, et ECRE se réjouissent de l'attitude prise par la Cour. Ces organisations réclamaient depuis de longs mois une modification dans la pratique belge et n'avaient obtenu jusqu'à présent que de timides avancées de la part du Secrétaire d'État à l'asile et l'immigration. Cette sanction juridique internationale permettra, nous le souhaitons, de provoquer un changement radical dans l'application du règlement Dublin et des transferts de demandeurs d'asile entre États européens.

Le système de Dublin

systeme-dublin

Le règlement de Dublin vise à déterminer l'État membre qui est responsable de l'examen de la demande d'asile. Les demandeurs d’asile concernés par une éventuelle application du système Dublin sont détenus en dépit du fait qu'il n’y a aucune certitude sur la reprise par un autre État membre et donc aucune certitude quant à la nécessité de les éloigner.

S'abonner à ce flux RSS