soutien

Communiqué du 26 avril 2011: Des demandeurs d'asile de nouveau à la rue: le CIRÉ et VWV demandent des mesures efficaces pour mettre enfin un terme à la crise de l'accueil

gouvernement-16-rue-de-la-loiCe mardi 26 avril, 92 personnes se retrouvent à la rue sans accompagnement ! La crise de l'accueil des demandeurs d'asile, qui sévit depuis bientôt 3 ans, revient à son niveau le plus haut ! Force est de constater que les mesures prises par le Conseil des ministres en octobre dernier ne sont pas suffisantes pour enrayer la crise. Le 15 avril, le gouvernement a pris des mesures supplémentaires, notamment pour mieux gérer les demandes d'asile, mais elles mettront du temps à produire leurs effets. Le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen demandent au gouvernement de prendre des mesures efficaces pour que la crise de l'accueil ne mène plus à des situations inhumaines.

Pour rappel, le Conseil des ministres avait décidé en octobre 2010 :

  • d'ouvrir 2500 places d'accueil d'urgence : près de 2800 places sont opérationnelles, mais elles sont toutes occupées et le restent au-delà du délai de dix semaines qui avait été fixé. La procédure d'asile étant toujours anormalement longue, les demandeurs restent trop longtemps dans le réseau structurel pour y transférer les nouveaux arrivés.
  • d'augmenter les moyens des instances d'asile : 40 personnes sont venues renforcer les effectifs du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) en octobre. Ce renfort n'était manifestement pas suffisant pour résorber l'arriéré des dossiers et assurer un traitement plus rapide des demandes d'asile. Les 125 personnes supplémentaires promises le 15 avril devraient permettre d'améliorer cette situation.
  • d'inciter les communes à ouvrir des places dans les Initiatives Locales d'Accueil (ILA) gérées par les CPAS. Moins de 400 places ont été créées, et près de 600 autres sont en projet. Nous sommes loin des 2000 promises et nous ne voyons pas de perspective d'ouverture de places supplémentaires.

Par ailleurs, Fedasil et les partenaires de l'accueil ont aussi fourni un effort important : en moins de 6 mois, près de 700 places supplémentaires ont été ouvertes dans le réseau structurel.

L'ouverture de nouvelles places d'urgence n'est pas la solution, d'autres mesures doivent être prises pour désengorger le réseau d'accueil. Nos deux organisations demandent que le Conseil des Ministres prenne les décisions nécessaires pour :

  • inciter les communes à ouvrir rapidement les 2000 places supplémentaires prévues dans les ILA, en prenant en considération les difficultés auxquelles elles font face et en les soutenant par des mesures concertées avec les Villes et Communes.
  • jusqu'à la résorption de l'arriéré des dossiers d'asile, renforcer les moyens des CPAS pour qu'ils prennent en charge sur leur commune les demandeurs d'asile qui se trouvent depuis un certain temps dans les différentes structures d'accueil, et pour qu'ils leur octroient une aide sociale pendant leur procédure d'asile.
  • trouver rapidement des solutions pour la prise en charge des MENA (Mineurs Étrangers Non Accompagnés), public particulièrement vulnérable qui ne bénéficie pas d'un accueil adapté, voire d'aucun accueil. La création annoncée de 200 nouvelles places d'accueil pour les MENA est insuffisante et ne garantit pas un accompagnement adapté. Nous demandons un renforcement du service des tutelles pour réduire le délai de l'identification de ces mineurs, et que les CPAS et les Communautés assument leurs responsabilités pour leur prise en charge.

Les mesures proposées pour sortir de la crise doivent s'accompagner de mesures complémentaires. Ainsi, les instances d'asile doivent pouvoir assurer un traitement efficace et de qualité des demandes d'asile -y compris lorsqu'elles sont en hausse-, une politique humaine de retour volontaire doit être mise en place, les demandes d'asile des ressortissants des pays pour lesquels on observe un taux anormalement élevé doivent être traitées prioritairement, l'harmonisation de la politique d'asile au niveau européen doit s'effectuer sur base de standards de qualité élevés, pour que les demandes d'asile puissent être réparties équitablement sur le territoire européen en respectant les droits et la dignité des personnes.

Le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen demandent au gouvernement de ne plus se contenter de mesures ad hoc, mais de mettre en place une politique structurelle en s'appuyant sur les dispositifs et moyens existants : un budget, un cadre légal, un réseau d'accueil, des instances d'asile.

Le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen demandent au gouvernement de réagir rapidement. L'absence de réaction dans le sens proposé s'apparenterait à de la mauvaise gestion.

Contact presse
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Directrice-adjointe du CIRÉ, +32 2 629 77 24

 

 

Dernière modification le mardi 17 mars 2015 13:18