Banner Top

Préjugé #2 : “On ne peut pas accueillir toute la misère du monde”

Seule une minorité des migrants (35% en 2017) se déplace des pays du Sud vers les pays du Nord. Ils sont même légèrement plus nombreux (38%) à se rendre du Sud vers le Sud. Les autres vont du Nord vers le Nord (22%) ou du Nord vers le Sud (5%). Les chiffres ne permettent donc pas de dire que les pays du Nord accueillent tous les migrants. Et certainement pas les plus pauvres, car migrer coûte cher ! Contrairement à ce que l’on croit parfois, les personnes qui migrent ne sont pas parmi les plus démunies ni les moins qualifiées. En 2013, 30% des personnes migrant vers les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) étaient diplômées de l’enseignement supérieur, et cette proportion est en augmentation rapide.
banksyjobs
©Philippe Huguen (AFP), 12 décembre 2015
Il ne faut pas non plus oublier que les pays du Nord, et notamment les pays européens dont la Belgique, contribuent à créer et à entretenir la misère dans le monde. Et ce, par le rôle qu’ils jouent dans les guerres qui poussent à l’exil des millions de personnes; par les politiques économiques qu’ils soutiennent et qui favorisent un partage inéquitable des richesses à travers le monde; ou encore par la responsabilité qu’ils portent dans la dégradation de l’environnement et ses conséquences sur le climat, qui privent toujours plus de personnes de leur habitat et de leurs sources de revenus. En 2017, l’Europe et l’Amérique du Nord détenaient 60,6% des richesses mondiales, alors que l’Afrique n’en détenait que 0,8% et l’Amérique latine 2,5%, le reste étant réparti entre les pays d’Asie et du Pacifique. Face à cette inégalité criante, un constat s’impose : nos pays ont les moyens et la responsabilité de faire plus, et notamment d’ouvrir plus largement leurs portes aux migrants. Car, pour renverser l’affirmation ci-dessus, “on ne peut pas accaparer toute la richesse du monde”.

Pour approfondir:

Article mis à jour le

Mots clés
Share This