Pas dans mon village !

Pour trouver une solution à la crise humanitaire de l’accueil des demandeurs d’asile, le gouvernement a notamment décidé d’accroître à l’automne 2010 le nombre de places du réseau d’accueil pour demandeurs d’asile. L’ouverture de nouveaux centres s’accompagne toujours d’opposition de riverains et parfois des élus locaux. Voyant à la télévision des demandeurs d’asile, et plus encore des femmes et des enfants, sans logement et vivant dans la rue, les citoyens font preuve de compassion pour ces personnes en souffrance. Toutefois, cette compassion à distance se transforme souvent en crainte ou hostilité lorsque la présence virtuelle se mue en présence physique de proximité. Lorsque des habitants voient arriver dans leur quartier ou leur village des demandeurs d’asile, l’empathie cède alors la place au rejet fondé sur le syndrome NIMBY (Not in my back yard, pas dans mon jardin).

 Les réactions observées à la fin de l’année 2010 dans certaines communes ne sont pas différentes de celles observées il y a plus de 10 ans dans une enquête réalisée à Bruxelles et en Wallonie1. Bien que les réactions NIMBY se construisent sur des objets très différenciés (centrale nucléaire, incinérateur, etc.), s’agissant des demandeurs d’asile, elle se fixe sur un sentiment permanent : la peur de l’étranger ou encore la peur de l’étrangeté de l’étranger. 

Pour faire face à la crise, diverses solutions temporaires ont été trouvées : ouverture de places dans cinq sites militaires – Bierset (550 places), Bastogne (550 places), Gembloux (250 places), Weelde (512 places), Houthalen (512 places) —, accroissement de la capacité d’accueil du SAMU (400 places d’urgence) à Bruxelles et dans les hôtels. À cela s’ajoutent des solutions plus structurelles comme l’extension des centres (600 places) et l’accroissement de l’accueil dans les Initiatives locales d’accueil (environ 2000 places). Dans le même temps, le Premier ministre et le Secrétaire d’État à l’Intégration sociale ont assuré que du personnel supplémentaire serait engagé afin d’accélérer le traitement des dossiers des demandeurs d’asile.

Réactions

Dès l’annonce de l’utilisation du centre de vacances « Les Fourches » à Herbeumont comme centre d’accueil de transit, la population a marqué une violente hostilité à ce projet. Elle refuse de voir son village de vacances de 500 résidents se transformer en un espace d’accueil pour 400 demandeurs d’asile. La bourgmestre se plaint que les autorités locales n’ont pu, à aucun moment, donner leur avis. L’hostilité, qui prend rapidement pour seconde cible le Secrétaire d’État Philippe Courard, témoigne de l’impuissance politique des élus locaux. En effet, ils ne peuvent s’opposer à cette décision, mais ils peuvent discuter des modalités de mise en œuvre et de suivi. Pour faire face à une situation financière difficile, le propriétaire de l’Eurovillage a proposé à la Croix-Rouge d’accueillir des demandeurs d’asile. « Ce ne sont pas des délinquants qui seront accueillis ici, mais des hommes, des femmes et des enfants qui sont à la rue » Alors que ce changement d’affectation du lieu constitue une opportunité économique pour son propriétaire, les commerçants et les cafetiers du coin s’inquiètent de l’avenir de leur village touristique. Ils redoutent l’arrivée des demandeurs d’asile qui risquent de ralentir l’activité commerciale du lieu. « On a un village touristique et on nous amène ça (sic). Cela n’apportera rien du tout. Nous sommes inquiets, avant on laissait notre porte ouverte » (La Libre Belgique, 12/01/2011). Face à l’animosité de la population locale, le Secrétaire d’État tente de voir les aspects positifs de cette installation. La Croix-Rouge doit engager 30 personnes pour s’occuper des demandeurs d’asile ainsi que des infirmiers, des éducateurs, des assistants sociaux et du personnel administratif.
De même, des enseignants sont embauchés pour la scolarisation des enfants au sein du centre. Pour contrer les discours sur l’insécurité, il rappelle que la police n’a signalé que 59 délits en 2010 pour tous les centres (La Libre Belgique, 02/02/2011). Cependant, la population locale, dans un premier temps, reste insensible à ces arguments. Pour apaiser les tensions, les autorités fédérales et locales mettent rapidement en place un Comité d’accompagnement du centre d’accueil afin de résoudre au quotidien les problèmes et réduire les inquiétudes des riverains.

Pétition contre l’ouverture d’un centre

La même hostilité a été observée à Bierset où il est prévu d’accueillir 500 demandeurs d’asile dans le centre militaire. Le bourgmestre n’est pas enchanté de cette décision. La Croix-Rouge gère l’arrivée des demandeurs d’asile. Le départ des militaires et leur substitution par des demandeurs d’asile fait craindre un effet néfaste sur le commerce et la vie locale. Confronté concrètement à la problématique de l’asile, le bourgmestre déclare : « Il est temps que la Belgique soit plus drastique, qu’elle arrête d’accueillir toute la misère du monde » (La Dernière Heure, 23/11/2010). Une autre caserne a connu cette même réaffectation, celle de Bastogne qui pourrait accueillir jusqu’à 550 demandeurs d’asile. L’arrivée des demandeurs d’asile a aussi été accompagnée d’une réaction hostile de la part de la population locale qui a rédigé une pétition rassemblant 2000 signatures. Le bourgmestre ne souhaite pas voir leur présence s’éterniser et le Conseil communal a voté une motion contre cette venue. Un protocole d’accord a été signé entre le bourgmestre et le Secrétaire d’État fixant la durée d’accueil jusqu’en novembre 2011. La réaction est nettement moins hostile à Gembloux où le bourgmestre regrette malgré tout le manque de contact avec le fédéral. Lors d’une réunion d’information rassemblant associations locales, riverains, les autorités communales et la Croix-Rouge, la représentante de cette dernière a fait part de l’urgence humanitaire. Le bourgmestre déclare : « Ce ne sont pas des délinquants qui seront accueillis ici, mais des hommes, des femmes et des enfants qui sont à la rue » (L’Avenir, 16/12/2010). Bien que la population locale manifeste quelques signes d’inquiétude, elle a aussi proposé son aide alors que les fêtes de Noël approchaient.

Perturbations et insécurité

À Bruxelles, le Samu social a décidé d’accueillir 300 à 400 demandeurs d’asile dans les anciennes casernes de la gendarmerie d’Ixelles. Cette décision a effrayé les riverains et étonné le bourgmestre d’Ixelles car le SAMU ne les avait pas prévenus préalablement. L’implantation dans un quartier résidentiel de Bruxelles de nouveaux venus inquiète et risque, comme dans les autres implantations, de remettre en cause les routines quotidiennes. « On va créer un ghetto dans un quartier paisible en plein cœur d’Ixelles » déclare un riverain (Le Soir, 17/11/2010). La rupture de la quiétude locale et l’insécurité sont souvent énoncés comme sources de la colère des riverains même dans les lieux les plus sécurisés, comme nous montre l’exemple de Casteau. Les réactions de crainte ont aussi été enregistrées lors de l’annonce du projet d’installer un centre pour 250 demandeurs d’asile ainsi qu’une trentaine de mineurs étrangers non accompagnés à Casteau dans l’ancien hôtel « Les Maisières » situé en face du quartier général des forces alliées de l’Europe (Shape) (Le Soir, 8/02/2011). Suite à la décision d’ouvrir ce centre, une réunion s’est tenue à laquelle participaient notamment des représentants du Shape. Le Shape y a évoqué ses inquiétudes face à l’insécurité que pourrait apporter l’ouverture d’un centre dans ce quartier, en ce compris « son possible impact négatif sur la communauté du Shape ». Il exige qu’avant cette ouverture, « une estimation de la menace soit établie de façon coordonnée avec les organismes belges traitant des problèmes de sécurité de façon à pouvoir évaluer l’accroissement de la menace potentielle pour le quartier et sa communauté ». Formulées par une communauté urbaine composée de résidents étrangers vivant dans un espace social et spatial confiné et protégé, ces réactions condensent dans leur énonciation fondée sur une rhétorique militaire – « évaluer la menace » – les principaux arguments pour refuser d’accueillir des demandeurs d’asile : l’insécurité et le déclassement social, et plus encore la rupture de l’entre-soi.

Repli et évitement de l’altérité

Il serait inexact de penser que la réaction d’hostilité à l’égard des demandeurs d’asile se soit accrue au cours des dernières années. Sans doute, la politique d’accueil choisie qui consiste à privilégier, comme en Allemagne, les centres d’accueil conduit à une plus grande visibilité de l’accueil des demandeurs d’asile. Il y a dix ans, nous avions relevé que les réactions de suspicion ou de rejet observées envers les demandeurs d’asile dans les entités locales présentant un centre d’accueil étaient plus visibles et organisées que dans les localités sans centre d’accueil, principalement les ILA. Cependant, deux attributs sont toujours associés aux demandeurs d’asile : l’insécurité et le déclassement social. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la xénophobie est assez rare. Le discours le plus présent est celui de l’insécurité. S’il porte parfois sur l’association entre immigration et délinquance, l’insécurité renvoie bien plus souvent à la perturbation des relations de voisinage et aux conventions et routines quotidiennes dans les localités, surtout s’il s’agit de petits villages. L’insécurité consiste en cela en l’irruption de ruptures de conventions de présentation de soi dans l’espace public et d’anticipation des actions des autres. Le discours sur l’insécurité est une manière d’exprimer la perte de maîtrise de l’avenir.(…)cette peur est aussi l’expression d’une mise en péril de l’entre-soi. Le récit insécuritaire conduit ainsi à mettre en forme l’émergence de l’incertitude dans un environnement supposé stable et connu. Le discours sur l’insécurité est une manière d’exprimer la perte de maîtrise de l’avenir. Un autre attribut associé à la présence des demandeurs d’asile tient au déclassement social probable des résidents. Lors de l’installation du centre d’accueil à Rixensart en 1997, des habitants étaient persuadés que leur maison perdrait de la valeur. Comme on l’a vu aussi plus récemment à Herbeumont ou à Bastogne, des commerçants pensent aussi que les demandeurs d’asile disposant de moins de moyens vont contribuer au déclin de leur commerce. Les réactions NIMBY peuvent certes être interprétées comme l’expression de la peur de l’étranger. Cependant, cette peur est aussi l’expression d’une mise en péril de l’entre-soi. L’arrivée de demandeurs d’asile dans un quartier, surtout résidentiel, qu’il soit rural ou urbain, introduit un facteur d’incertitude dans un environnement stable où une identité locale s’est constituée supposant des histoires locales communes et la présence de familles établies depuis longtemps. Pratiques individualistes et égoïstes, les réactions de type NIMBY témoignent de modes d’action de repli et d’évitement de l’altérité privilégiant les activités qui renforcent la cohésion d’un groupe fondé sur des affinités électives plutôt que celles qui procèdent à l’intégration de nouveaux venus.

Le fait accompli

Pour la population locale, la présence de demandeurs d’asile est souvent perçue comme une cause externe et injustement subie de déclassement symbolique. C’est pour cette raison que les habitants et les résidents s’opposent violemment aux autorités politiques qui n’ont pas pu résister à ce qu’ils perçoivent comme une calamité qui pourrait être évitée. Retenant les expériences du passé, le Secrétaire d’État Philippe Courard a cherché systématiquement à informer et à rassurer les autorités locales et les riverains lors de l’ouverture de nouveaux centres. « Il est essentiel d’informer la population et de dédramatiser. » (La Libre Belgique, 02/02/2011.)La population locale se plaint souvent de la politique du fait accompli accompagnant l’ouverture des nouveaux centres. Sur ce point, les objectifs du Secrétaire d’État et ceux des riverains ne pourront jamais coïncider. En effet, le choix des lieux repose sur une analyse technique – identifier des bâtiments disponibles et en bon état – et sur une décision politique indépendante de l’acceptation des riverains. Inversement, ces derniers souhaiteraient pouvoir s’opposer au choix d’un lieu avant que la décision ne soit prise. Ce dernier scénario conduirait indubitablement à ne jamais ouvrir de centre étant donné la réaction de type NIMBY des citoyens. Il convient aussi de noter que l’ouverture d’un centre est d’autant mieux acceptée que les arrivées de demandeurs d’asile sont peu visibles. En somme, pour réduire les risques d’opposition collective, l’arrivée des demandeurs d’asile dans un centre d’accueil se fait par petit groupe et à l’abri de toute annonce publique visant ainsi à répondre aux critères fondamentaux de l’invisibilisation dans l’espace public des étrangers. Un bon étranger est un étranger invisible. Cela a été le cas à Herbeumont, à l’inverse de Bastogne et de Bierset.

Des expériences positives… aussi

Avec le temps, plusieurs expériences montrent que les inquiétudes du débat se dissipent. Ainsi, à Barvaux, un autre village de tourisme social, les habitants, après avoir manifesté quelques appréhensions, ne voient plus d’un mauvais œil le centre d’accueil. Les commerçants ne craignent plus une perte de revenus. Certains, comme le boucher, bénéficient de la présence du centre en devenant le premier fournisseur en viande. « Finalement, ces personnes ne représentent aucune forme d’insécurité. Nous les voyons de temps en temps en ville. C’est un plus. » (Le Soir, 18/11/2010). Comme dans d’autres centres, la direction cherche à maintenir des contacts avec la population locale, notamment en organisant des activités auxquelles peuvent participer la population locale, comme les fêtes et les repas multiculturels. La possibilité d’inscrire des jeunes, souvent talentueux, dans les équipes de football locales est aussi une manière de valoriser la présence des demandeurs d’asile dans certaines localités. La présence des enfants constitue aussi un vecteur important de contact avec la population locale et une source certaine d’empathie.

Les réactions de type NIMBY condui­sent finalement la politique de l’asile à donner une double mission aux centres d’accueil. D’une part, celle qui est prévue par la loi qui les institue : accueillir les demandeurs d’asile. Et d’autre part, celle, implicite, d’assurer la légitimité et l’intégration des centres d’accueil dans leur environnement local. Pour assurer la première mission, les centres doivent s’arc-bouter sur la deuxième. Ainsi, pour assurer l’intégration des centres d’accueil, et non l’intégration des demandeurs d’asile qui n’est pas dans leur mission, les agents en charge de la direction des centres doivent développer des activités de transparence et de communication. L’intégration des centres passe par l’embauche d’un personnel local, le recours à l’économie locale pour l’achat de biens alimentaires. Par ailleurs, tout désagrément (présence d’enfants dans des jardins), perturbation (bruit dans l’espace public) ou délit (vol dans les commerces) fait l’objet d’une réaction immédiate, presque une tolérance zéro à l’égard de tout écart. Comme nous l’avions constaté pour le centre de Fraipont en 2001, les directeurs des centres cherchent à être en contact permanent avec la population locale, même en fournissant leur numéro personnel de GSM. L’hospitalité reposant sur la « raison humanitaire »2, notamment la compassion, oublie les droits des personnes. 

Notes:
1    S. Gsir, F. Scandella, M. Martiniello et A. Rea, Les Belges francophones face aux demandeurs d’asile, Gent, Academia Press, 2004.
2 D. Fassin, La raison humanitaire, Paris, Gallimard, 2010.

 

Merci à François Corbiau et Maya De Waele de m’avoir fourni une analyse de la presse pour préparer cet article.

Journal de l’intolérance ordinaire

Bastogne, octobre 2010

Sur l’ouverture d’un centre d’accueil à Bastogne, réaction d’une commerçante : « Au final c’est nous qui payons pour eux, alors qu’on ne nous aide pas. Qu’on aide les Belges et qu’on arrête de donner de l’argent à ces gens qui, quand ils arrivent, ont tout : le logement la nourriture, les soins gratuits… ». Réaction d’une autre Bastognarde : « Cela pourrait avoir une influence sur la qualité de vie, la sécurité et le respect de la ville. Si le nombre était plus petit, ou si ça se déroulait par phases successives, cela me poserait moins de problèmes ».Le Soir, 29/10/2010.

Bierset, octobre 2010

Sur l’ouverture d’un centre d’accueil à Bierset, réaction du bourgmestre de Grâce-Hollogne : « On doit se demander pourquoi le nombre de candidats réfugiés augmente beaucoup plus vite en Belgique qu’ailleurs… Nous ne sommes plus du tout un pays de Cocagne et il faut faire passer le message. Nous ne devons pas accepter toute la misère du monde ». Le Soir, 29/10/2010.

Fexhe-le-haut-Clocher, novembre 2010

Sur l’ouverture d’un centre d’accueil à Fexhe-le-haut-Clocher, le bourgmestre relaie les réactions de ses administrés : « Je viens de discuter avec une personne qui ne comprend pas comment on peut faire venir des réfugiés, alors qu’elle n’a pas les moyens de se chauffer ! » « Je n’ai pas envie que les Fexhois soient dérangés dans leurs habitudes quotidiennes par des réfugiés qui vont et viennent. Qu’on les accueille, c’est une chose, mais que l’on fasse en sorte qu’ils ne quittent pas la zone. Il faut discuter des problèmes de sécurité que cette situation peut générer ».La Dernière Heure, 23/11/2010.

Bruxelles, décembre 2010

Le Samu social ouvre un centre d’accueil d’urgence rue des Champs à Etterbeek. « Le soir, ce quartier devient un coupe-gorge, se plaint une riveraine. Je ne suis absolument pas contre ce type d’endroit, mais qu’il soit établi ici est une aberration ».La Libre Belgique, 4/12/2010.

Herbeumont, janvier et février 2011

Sur l’ouverture d’un centre d’accueil à Herbeumont. Réunion des habitants le 30 décembre : « Ce soir-là, des mots comme “pédophile”, “voleur”, ”repris de justice” sont sortis à propos des demandeurs d’asile ».Le Soir, 10/01/2011.

Réactions de riverains : « On a un village de touristes et on nous amène ça. Cela n’apportera rien du tout. Avant, on laissait notre porte ouverte ».La Libre Belgique, 12/01/2011.

Le tribunal des référés de Neufchâteau a débouté cinq habitants du village qui demandaient de limiter le nombre de demandeurs d’asile accueillis à 50. Les riverains s’inquiétaient du bruit, de la gestion des déchets, des eaux usées… Le juge a répondu : « On voit mal pourquoi 400 candidats réfugiés causeraient davantage de bruit que 400 vacanciers ».Le Soir, 17/02/2011.

Casteau (Mons), février 2011

Sur l’ouverture d’un centre d’accueil à Casteau face au SHAPE : « Avant qu’un tel centre soit opérationnel, le SHAPE demande formellement qu’une estimation de la menace soit établie de façon coordonnée avec les organismes belges traitant des problèmes de sécurité de façon à pouvoir évaluer l’accroissement de la menace potentielle pour le quartier et sa communauté, qui rassemble plusieurs milliers de personnes provenant des 28 pays de l’OTAN ainsi que de pays “partenaires” ».Le Soir, 08/02/2011.

  • Réfugié, demandeur d’asile, migrant… Lexique & définitions

  • Adresses utiles pour les personnes exilées en Belgique

  • Quels sont les droits des personnes solidaires? Testez vos connaissances!

  • Commander des brochures pour sensibiliser

  • Comment aider les migrants en Belgique? Voici des idées concrètes