© Florence Aigner

Louvranges : tenir compte du genre.

Depuis 1999, en partenariat avec le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Caritas International a développé une philosophie de l’accueil à petite échelle qui met l’accent sur l’autonomie des personnes.

Pourquoi Caritas International a-t-elle choisi d’héberger les demandeurs d’asile dans des logements unifamiliaux ?

Nous avons choisi ce type d’accueil car il garantit le respect de la vie privée et familiale du demandeur d’asile. Contrairement à la vie en centre communautaire, avoir son propre foyer permet au demandeur d’asile de développer son indépendance (faire ses courses, cuisiner, gérer son logement), de prendre ses responsabilités (démarches administratives, gestion du quotidien) et de tisser des liens sociaux directement avec le monde qui l’entoure (voisins, école, monde associatif). Autant d’éléments favorisant naturellement l’insertion dans la société et l’autonomie de la personne. Nous plaidons pour un accueil « à échelle humaine » et pour un accompagnement social et juridique personnalisé selon le profil du demandeur d’asile tout au long de sa procédure d’asile.

En 2010, Caritas International a ouvert une structure d’accueil pour femmes isolées. Pourquoi les cibler de manière spécifique ?

De récentes études ont montré qu’il est essentiel d’intégrer la dimension du genre dans les politiques belges et européennes d’asile et de migration. Nos années d’expérience nous ont permis de percevoir la vulnérabilité des femmes demandeuses d’asile surtout lorsqu’elles sont isolées. D’abord, les persécutions subies (mutilations génitales, viol ou crime d’honneur) et les traumatismes qui en découlent sont spécifiques à la condition féminine. Nous plaidons pour un accueil « à échelle humaine » et pour un accompagnement social et juridique personnalisé selon le profil du demandeur d’asile tout au long de sa procédure d’asile. Ensuite, le manque éventuel d’éducation est un frein à l’intégration ou à l’obtention d’un statut de réfugiée. Les mamans en particulier rencontrent deux difficultés principales.La première concerne la garde de leurs plus jeunes enfants pour qu’elles puissent participer à des formations. La seconde est de parvenir à suivre leur scolarité et à assurer leur éducation (méconnaissance de la langue et de la culture). Confrontés à ces besoins spécifiques et incapables d’y répondre correctement dans le cadre de l’accueil que nous proposons généralement, nous avons décidé de créer « Les Logis de Louvranges ». Nous y accueillons une vingtaine de femmes, avec ou sans enfants, et leur offrons un suivi adapté à leur situation personnelle. Nous restons ainsi fidèles à notre engagement : soutenir les plus vulnérables afin d’en faire les sujets de leur propre développement.

Cette structure particulière ne va-t‑elle pas à l’encontre du type d’accueil qu’offre généralement Caritas ?

Non, car il s’agit de 20 appartements unifamiliaux regroupés sous un seul toit. Les résidentes y sont responsabilisées et leur autonomie encouragée de la même manière que dans tout autre logement individuel. Nous leur proposons un encadrement plus poussé et des possibilités qui n’existent pas dans le schéma traditionnel : école des devoirs, garderie, ateliers éducatifs et culturels. Le tout pris en charge par des bénévoles du voisinage ou des associations de la région, afin de favoriser l’ancrage local. L’alternance de moments d’intimité (indispensables à certaines) et de rencontres permet de briser l’isolement et d’éviter le repli sur soi. Le dialogue, tant entre réfugiées, pour partager leurs expériences, qu’avec des autochtones, est réellement bénéfique pour ces mères isolées. En plus d’un encadrement professionnel, la présence de trois religieuses des Filles de la Charité et d’un concierge renforce le sentiment de sécurité et apporte le réconfort nécessaire à la reconstruction de ces femmes. 

Propos recueillis par Véronique Kistenborgh

  • Réfugié, demandeur d’asile, migrant… Lexique & définitions

  • Adresses utiles pour les personnes exilées en Belgique

  • Quels sont les droits des personnes solidaires? Testez vos connaissances!

  • Commander des brochures pour sensibiliser

  • Comment aider les migrants en Belgique? Voici des idées concrètes