Réseau ONG : focus sur l’emancipation

10% de l’hébergement individuel est assuré par le réseau des ONG – le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen. Avec une philosophie particulière.

 Malou Gay le rappelle d’emblée : « Cet accueil a toujours existé, bien avant les centres communautaires de Fedasil ». Depuis l’arrivée des premiers demandeurs d’asile en Belgique, les ONG ont en effet toujours joué un rôle majeur dans l’accueil des demandeurs d’asile. Un rôle légèrement mis en veilleuse lors de la création des premiers centres communautaires, et notamment par l’ouverture du Petit-Château, mais qui reviendra à l’avant-plan dix ans plus tard.

En 1999, au moment de la crise du Kosovo, notre pays est en effet confronté à nouveau à un manque de places dans le réseau d’accueil. « On a alors proposé une alternative : la création de places en logements individuels répartis sur toute la Belgique. L’idée de ce nouveau concept était d’ouvrir des places d’accueil plus proches de la société », explique Malou Gay. Des places pour des familles, davantage intégrées dans leur environnement. Des places plus souples aussi.Nous pensons que les demandeurs d’asile doivent être correctement accompagnés dans leur procédure d’asile, de séjour et de retour. Il faut bien les préparer à leur interview, il faut pouvoir intervenir si l’avocat se trompe… L’idée paraît séduisante mais, au départ, personne n’y croit. « Le directeur du Petit-Château nous a dit que ça ne pourrait jamais marcher.  L’hébergement individuel va pourtant voir le jour et fonctionner si bien qu’il est maintenant spécifiquement prévu dans la loi.Le fonctionnement pratique est sensiblement le même que dans les ILA. Les associations membres du CIRÉ louent des logements, paient les charges et les mettent à disposition des demandeurs d’asile. Elles assurent également le suivi social des occupants tandis que le CIRÉ, organisation coupole, coordonne le projet au niveau administratif et financier et met en place des services communs comme le service d’accompagnement juridique, la formation des travailleurs sociaux, un fonds pour les formations des demandeurs d’asile…

Accompagnement et émancipation

« Pour déterminer l’aide, on fait comme si les bénéficiaires étaient belges et bénéficiaient de l’aide sociale,  poursuit Malou Gay. On détermine le montant et on en déduit le montant du loyer et des charges pour préparer les personnes à l’après et les habituer à gérer un budget. » Au delà de cet appui, et comme dans les ILA, il y a également tout un travail d’accompagnement individuel axé sur l’émancipation des personnes.

Mais la spécificité du dispositif d’accueil des ONG réside surtout dans l’accompagnement juridique. Un accompagnement de ce type est inexistant dans les centres communautaires et dans les ILA, explique encore Malou Gay. « Cet accompagnement est très important pour nous car beaucoup d’opérateurs continuent de penser qu’il doit uniquement être assuré par un avocat. Nous estimons au contraire que l’accompagnement juridique fait aussi partie de notre mission. Nous pensons que les demandeurs d’asile doivent être correctement accompagnés dans leur procédure d’asile, de séjour et de retour. Il faut bien les préparer à leur interview, il faut pouvoir intervenir si l’avocat se trompe… Certains avocats « pro deo » font très bien leur travail, mais ce n’est pas le cas de tous par manque de formation, de temps et d’intérêt dans cette matière. »

« Aujourd’hui, estime encore Malou Gay, le dispositif d’hébergement individuel a fait ses preuves et les responsables politiques souhaitent développer ce modèle. Mais il va falloir tenir compte de certains éléments comme le manque de places en logement individuel et la crise du logement. Aujourd’hui, on peine à trouver des logements abordables avec l’explosion du prix des loyers, notamment pour des demandeurs d’asile isolés. » 

Propos recueillis par Cédric Vallet

  • Réfugié, demandeur d’asile, migrant… Lexique & définitions

  • Adresses utiles pour les personnes exilées en Belgique

  • Quels sont les droits des personnes solidaires? Testez vos connaissances!

  • Commander des brochures pour sensibiliser

  • Comment aider les migrants en Belgique? Voici des idées concrètes