Des entailles qui font mal aux dents !

Les centres d’accueil des victimes disposent de moins de moyens pour effectuer leurs missions. En panne d’indexation depuis deux ans, les subsides « Emploi et Égalité des Chances » sont rognés de 20 % pour inaugurer 2015.

Alors que les trois centres sont enfin reconnus par l’arrêté royal de 2013, ils doivent subir en même temps une diminution de leurs moyens. « Tout augmente sauf nos subsides ! », lance Solange Cluydts, coordinatrice à Payoke. En panne d’indexation depuis deux ans, les subsides « Emploi et Égalité des Chances » sont rognés de 20 % pour inaugurer 2015.

« Si l’État veut un outil efficace, il doit mettre les fonds nécessaires. Nous pesons peu pour le gouvernement fédéral, contrairement à ce que coûteraient des fonctionnaires s’ils avaient été chargés de notre mission », plaide Christian Meulders de Sürya.

À quand un financement structurel correct qui permettra à la Belgique de remplir ses obligations nationales et internationales ?

Cette nouvelle coupe peut paraître dérisoire. Dans le budget de PAG-ASA, elle ne représente « que » 27 000 euros. Dans quels postes faudra-t-il trancher pour rester en équilibre ? Dans le budget des avocats ? Dans celui des interprètes ? Avec quelles conséquences ? Une première réponse de Sarah De Hovre : « Tous les jours, nous faisons appel aux services d’interprètes sociaux, car il est essentiel pour la victime et l’accompagnateur de bien se comprendre vu les traumatismes vécus et les conditions strictes de la procédure. En 2013, nous avons enregistré plus de 50 langues différentes et 1 300 heures d’interprétariat. Une facture de 38 000 euros. »

À quand un financement structurel correct qui permettra à la Belgique de remplir ses obligations nationales et internationales ? Actuellement, les subsides fédéraux proviennent du ministère de l’Emploi, mais la matière dépend de la secrétaire d’État à l’Égalité des chances… alors que la TEH concerne le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration et le ministre de la Justice, coordinateur de la lutte contre la TEH. Pourquoi, dès lors, ces subsides ne proviennent-ils pas du ministère de la Justice ? Cette incohérence floue-t-elle les asbl ? Réponse du cabinet du Premier ministre : « En ce qui concerne l’ajustement éventuel des moyens accordés, le gouvernement reste à l’écoute des associations qui interviennent sur le terrain, et un dialogue constructif pourrait être entamé avec le ministre qui octroie lesdits moyens ».

  • Réfugié, demandeur d’asile, migrant… Lexique & définitions

  • Adresses utiles pour les personnes exilées en Belgique

  • Quels sont les droits des personnes solidaires? Testez vos connaissances!

  • Commander des brochures pour sensibiliser

  • Comment aider les migrants en Belgique? Voici des idées concrètes