soutien

Réfugiés syriens: la Belgique peut et doit faire plus!

Camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie. ©UNHCR Camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie.

Face au drame qui se joue en Syrie, il ne suffit pas de protéger les Syriens qui arrivent ici et d’exprimer sa tristesse pour ceux qui se noient au large de Lampedusa dans une tentative désespérée de rejoindre l’Europe. Il faut faire plus, et c’est possible : dans une note conjointe, 13 ONG proposent des pistes d’actions concrètes pour garantir aux Syriens un accès à la protection.

Le conflit armé en Syrie dure depuis 3 ans déjà. Le nombre de personnes fuyant la région dépasse aujourd’hui 2,5 millions, dont plus de la moitié sont des femmes et des enfants. Les besoins humanitaires dans la région sont énormes. Pourtant, il est extrêmement difficile pour les Syriens en exil de parvenir légalement en Europe pour obtenir la protection à laquelle ils ont droit.

Que fait la Belgique ?

Jusqu'à présent, la Belgique a débloqué 9 millions d’euros pour l’aide humanitaire en Syrie. Cette action est positive, mais reste modeste par rapport à celles d’autres pays européens. Par ailleurs, si notre pays accorde une protection aux Syriens qui parviennent jusqu’ici, il se montre beaucoup moins généreux lorsqu’il s’agit d’aider proactivement les réfugiés syriens. La Belgique ne s’est en effet engagée qu’à en accueillir 75 en 2014, ce qui est loin d’être suffisant.

Que peut-elle et doit-elle faire de plus ?

Le HCR appelle tous les États à envisager des pistes concrètes pour faire preuve de solidarité avec les réfugiés syriens et avec les pays voisins de la Syrie. Une approche coordonnée au niveau européen est fortement encouragée car elle s’avère nécessaire. Mais la Belgique ne doit pas attendre une action européenne pour agir elle-même.

C’est pourquoi nous appelons les autorités belges à :
•    Assouplir les conditions d’octroi de visas et avoir recours au visa humanitaire
•    Assouplir les conditions du regroupement familial pour les Syriens ayant de la famille ici
•    Mettre en place un programme d’accès humanitaire et davantage de réinstallations
•    Jouer un rôle de pionnier et exiger une stratégie commune au niveau européen

La note "Ouvrons les frontières aux Syriens en exil"

Dans une note conjointe, 11.11.11, le CNCD-11.11.11, ACW, Amnesty International, Broederlijk Delen, Caritas International, le CBAR, le CIRÉ, Médecins du Monde, le MOC, Oxfam Solidarité, Pax Christi Vlaanderen et Vluchtelingenwerk Vlaanderen reviennent sur les problèmes qui se posent et sur les initiatives prises par d’autres pays membres de l’UE avant de proposer et de détailler des pistes d’actions concrètes pour venir en aide aux Syriens.

Télécharger ici "Ouvrons les frontières aux Syriens en exil" (mars 2014) 

pdf  Note ONG Syrie Mars 2014

Le CIRÉ soutient par ailleurs la campagne européenne Europe Act Now - Help Syria's Refugees.

 

Dernière modification le mardi 26 mai 2015 17:12