soutien

Rassemblement de la société civile en soutien aux Afghans - 20 novembre 2013

Manif-Afghans-siteLe rassemblement en soutien aux Afghans de ce 20 novembre a été l'occasion pour les acteurs de la société civile de prendre la parole. Voici ce qu'a exprimé Fred Mawet, la directrice du CIRÉ.

L'Afghanistan est le pays qui génère le plus grand nombre de réfugiés dans le monde, c'est un triste record qu'il détient depuis 32 ans! En moyenne, un réfugié sur quatre dans le monde est Afghan et 95% de ces réfugiés ne sont pas venus demander protection en Europe ou en Belgique: ils ont trouvé refuge au Pakistan ou en Iran! Près de 3 millions d'Afghans sont réfugiés au Pakistan, dans des conditions régulièrement très difficiles. Il y en a autant, 3 millions aussi, en Iran, dans des conditions pas plus faciles...

En Belgique, ils étaient 2635 à demander l'asile en 2012, et ils sont 1165 à demander l'asile en 2013... Sur ces 1500 à 2000 personnes par an qui nous demandent protection, 56% la reçoivent, et aux autres, la Belgique dit "non"!

Faut-il rappeler que ces personnes fuient aussi massivement leur pays en raison de la guerre, de l'insécurité permanente et volatile et des nombreuses violations des droits fondamentaux?

Le HCR a récemment insisté sur le fait que l'Afghanistan est un pays dont la situation sécuritaire reste préoccupante et où les attaques touchant les civils se perpétuent. Il dit aussi que le conflit est volatile et donc, qu'une région considérée comme sûre ne le sera peut être plus dans quelques mois. Par ailleurs, ce n'est un secret pour personne que le retrait des troupes internationales d'ici un an fait craindre une aggravation du conflit en cours.

La position de la Belgique face aux demandeurs d'asile afghans est donc problématique et ambigüe.
Est-ce que tous ces éléments ne suffisent pas pour considérer que traiter dignement ces femmes, ces enfants et ces hommes afghans et en prendre « notre juste part », comme disait Michel Rocard, c'est à tout le moins :

  • Donner un statut aux femmes et enfants dont le HCR lui-même dit qu'on doit les protéger
  • Et mettre en place un moratoire sur toutes les expulsions vers l'Afghanistan.

Mais nous sommes visiblement hélas dans une période où nos responsables politiques considèrent que changer leur vision, bouger de position et marquer leur solidarité plus avant avec un peuple terriblement et durablement malmené équivaut à faire aveu de faiblesse, à perdre un bras de fer, à se montrer laxiste.

Aujourd'hui, nous sommes venus leur demander de se ressaisir, de ne pas fermer leurs cœurs et leurs yeux: d'oser une réévaluation sérieuse et objective de la situation en Afghanistan et d'en tirer les conséquences qui s'imposent. Et ils en sortiront grandis !

Fred Mawet, directrice du CIRÉ

Dernière modification le mardi 17 mars 2015 13:20