soutien

Communiqué du 23 janvier 2012- 54 personnes mises à la rue aujourd’hui ! Pourtant, Maggie De Block réduit le nombre de places d’accueil

sander-de-wilde-009

Aujourd'hui, des personnes ayant droit à l'accueil ont à nouveau été mises à la rue, dans le froid. Comme si cela ne suffisait pas, la Secrétaire d'État à l'asile et à la migration, Maggie De Block, a l'intention de fermer 400 places d'accueil par mois, et 1900 places au total. "Nous sommes choqués par la fermeture des places d'accueil. Maggie De Block veut fermer 400 places d'accueil par mois et 1900 places au total. SOS Accueil demande que la Secrétaire d'État ne procède pas à ces fermetures et qu'elle prenne conscience de la gravité de la crise de l'accueil. Il faut des places d'accueil supplémentaires"., dit Anne Dussart, porte-parole de SOS Accueil, le consortium de 8 ONG mis en place en urgence pour faire face à la crise de l'accueil.

Aujourd'hui, des personnes ayant droit à l'accueil ont à nouveau été mises à la rue, dans le froid. Comme si cela ne suffisait pas, la Secrétaire d'État à l'asile et à la migration, Maggie De Block, a l'intention de fermer 400 places d'accueil par mois, et 1900 places au total. "Les demandeurs d'asile, les familles sans-papiers avec enfants et les mineurs étrangers non accompagnés ont légalement droit à l'accueil. Les mettre à la rue, chaque jour, est non seulement illégal mais, par ce froid, extrêmement dangereux. Il faut donc, au contraire, ouvrir davantage de places d'accueil", dit Anne Dussart, porte-parole de SOS Accueil, le consortium de 8 ONG mis en place en urgence pour faire face à la crise de l'accueil.

Une femme enceinte afghane, une maman guinéenne avec ses trois enfants, un mineur afghan sans ses parents, un homme seul ayant fui l'Irak... Comme eux, plus de 1000 personnes ayant pourtant droit à l'accueil ont été mises à la rue cet hiver. Dans la rue, ils encourent des risques de pneumonie, de gale ou d'autres graves problèmes de santé. Ils n'ont pas de quoi manger, pas d'endroit où dormir, aucune intimité. SOS Accueil tente de les aider. En organisant, durant la journée, un accompagnement socio-juridique. Et en accueillant les plus vulnérables d'entre eux pour la nuit.

"Ce n'est pourtant pas notre responsabilité, mais bien celle du gouvernement. On ne peut pas fermer les yeux devant les hommes, les femmes et les enfants qui se retrouvent à la rue, dans le froid", dit Anne Dussart. "Nous sommes choqués par la fermeture des places d'accueil. Maggie De Block veut fermer 400 places d'accueil par mois et 1900 places au total. SOS Accueil demande que la Secrétaire d'État ne procède pas à ces fermetures et qu'elle prenne conscience de la gravité de la crise de l'accueil. Il faut des places d'accueil supplémentaires".

Plus d'infos : www.sosaccueil.be

Contact presse

Florence Carion : 02 629 77 25 - formulaire de contact

Dernière modification le mardi 17 mars 2015 13:18