soutien

Oui, les étudiants étrangers sont les bienvenus!

À la veille de la rentrée académique, le secrétaire d’État à l’asile et à la migration annonce un durcissement des conditions de reconnaissance des visas étudiants1. Car les abus sont légion, prévient-il: derrière de prétendus étudiants, se cachent en réalité de nombreux migrants ! La mesure dont il parle ici fait en fait référence à la directive européenne de mai 2016 relative, entre autres, au séjour des étudiants étrangers2 et à l’Arrêté royal qui la transpose. Textes qui ne visent pas à mettre fin aux abus, mais bien à encourager la mobilité des étudiants au sein de l’UE. Au-delà des amalgames désormais habituels, la lecture qu’il livre de la directive est tronquée, partielle et partiale.

La Belgique impuissante à protéger des Syriens d'Alep?

Depuis plusieurs semaines, les projecteurs sont tournés sur l’affaire des visas humanitaires. Les débats de ces derniers jours ont démontré, s’il le fallait encore, que les positions des uns et des autres sur le sujet sont assez tranchées voire inconciliables. Au-delà des polémiques, il est essentiel de revenir au fondement de l’affaire. Une opinion parue le 18 décembre sur le site de la RTBF.

Les ONG réclament des voies d’accès sûres et légales pour les réfugiés - Communiqué de presse -17 novembre 2016

D’immenses images animées de bombardements et de bateaux en détresse projetées sur le cabinet du Secrétaire d’État à l’asile et à la migration Theo Francken : la scène a dû surprendre les personnes qui passaient par la Rue de la Loi aujourd’hui. Une manière pour Amnesty International, le CIRÉ et Vluchtelingenwerk Vlaanderen de demander au gouvernement de mettre en place des voies d’accès sûres et légales pour les personnes qui fuient les conflits et les persécutions.

Quand la Belgique pousse les réfugiés à mettre leur vie en danger- Communiqué de presse- 27 octobre 2016

La Belgique refuse obstinément d’accorder un visa humanitaire à une famille syrienne vivant sous les bombardements à Alep, alors qu’une décision de justice l’y oblige. Un cas qui démontre un manque criant de solidarité et d’assistance face à la détresse des personnes qui fuient la guerre et qui tentent d’atteindre légalement notre pays. Un communiqué de presse du CIRÉ et de Vluchtelingenwerk Vlaanderen. 

Réfugiés syriens: la Belgique peut et doit faire plus!

Face au drame qui se joue en Syrie, il ne suffit pas de protéger les Syriens qui arrivent ici et d’exprimer sa tristesse pour ceux qui se noient au large de Lampedusa dans une tentative désespérée de rejoindre l’Europe. Il faut faire plus, et c’est possible : dans une note conjointe, 13 ONG proposent des pistes d’actions concrètes pour garantir aux Syriens un accès à la protection.

S'abonner à ce flux RSS