soutien

Non-assistance à personne en danger et laisser mourir: les militants identitaires au secours de la politique européenne de contrôle des frontières

"Collusion avec les passeurs", création d’ "un facteur d’attraction", "mise en danger des personnes en migration": depuis plusieurs mois, les ONG intervenant en Méditerranée pour sauver des vies font l’objet d’attaques et de diffamation de la part de la justice italienne, de l’agence européenne Frontex et dernièrement de l’extrême droite européenne.

Accueillir les naufragés du monde

Les drames des migrants qui perdent la vie aux frontières de l’Europe nous amènent à nous pencher sur les politiques migratoires européennes et leurs conséquences. Cette analyse permet de comprendre comment nous sommes arrivés à la situation actuelle et pointe l’urgente nécessité de penser les politiques migratoires autrement.

La réaction de l'Europe face aux tragédies en Méditerranée

L'actualité du printemps 2015 aura été fortement marquée par les naufrages de migrants en Méditerranée. Face à ces drames, le Conseil européen et la Commission européenne ont pris diverses mesures et proposé des solutions. Découvrez notre analyse de cette réaction européenne, ainsi que nos recommandations pour une politique migratoire solidaire et respectueuse des droits humains.

Alors que la 1ère campagne Boats4People est un succès, les frontières maritimes de l’UE demeurent toujours aussi meurtrières

boats4people-ceremonieLes derniers événements de la campagne Boats4People se sont déroulés le 20 juillet à Lampedusa. Si une évaluation approfondie et la planification des prochaines actions auront lieu dans les prochaines semaines, nous pouvons d'ores et déjà affirmer que la campagne a été un succès. Les dernières semaines ont cependant été marquées par plusieurs évènements tragiques qui prouvent que la fermeture des frontières maritimes de l'UE demeure toujours aussi meurtrières.

BOATS4PEOPLE, c'est parti!

depart-boats4peopleLe 2 juillet, le bateau Oloferne est parti du port de Rosignano pour la Sicile, lieu de jugement de nombreux marins ayant prêté assistance à des migrant-e-s en mer. Nous y dénoncerons le contrôle violent des frontières maritimes et la contradiction entre la criminalité des États et la criminalisation des personnes solidaires avec les migrant-e-s.

S'abonner à ce flux RSS