soutien

L’Union européenne ne peut pas abolir les hivers: elle doit mettre fin à la politique criminelle des hotspots! - Communiqué Migreurop 25 janvier 2017

À partir de quel moment la non assistance à personne en danger devient-elle un crime ? Quel nombre de morts permet de qualifier un crime contre l’humanité ? Ces questions se posent depuis longtemps à propos des milliers de personnes décédées en Méditerranée faute de voies légales d’accès à l’Union européenne (UE). Aujourd’hui, la situation de plus en plus grave de milliers d’exilé·es, pris au piège par des températures glaciales dans les camps grecs et sur les "routes des Balkans", met très directement en cause les choix de l’UE en matière de "gestion des flux migratoires".

Un marchandage cynique au détriment des droits fondamentaux

Les dirigeants européens et africains sont réunis à la Valette ces 11 et 12 novembre. Les politiques migratoires de part et d'autre de la Méditerranée seront au centre des débats. Avec en perspective de nouveaux marchandages cyniques au détriment des droits fondamentaux. C’est pourtant d’une toute autre approche dont les relations euro-africaines du 21ème siècle ont besoin. Découvrez l'opinion du réseau Migreurop parue dans La Libre Belgique du 10 novembre 2015.

S'abonner à ce flux RSS