soutien

Familles en errance? Ce n'est pas de mon ressort!

Le CIRÉ, la Plateforme familles en errance, Bruxelles Laïque et le Délégué général aux droits de l'enfant ont organisé, le 18 mai 2017, un évènement conçu comme un "work in progress" autour de la situation des familles en errance. Ces familles, migrantes, sont ballottées d'un pays, d'une ville, d'un quartier, d'un squat ou centre d'accueil d'urgence à un autre et s'entendent régulièrement répondre par les institutions et structures auxquelles elles s'adressent : "ce n'est pas de mon ressort".

Détention de familles avec enfants en centres fermés: l’inadmissible retour en arrière

Le recours par les autorités à la privation de liberté à l’égard de mineurs d’âge en raison de leur statut de séjour reste largement méconnu du grand public. En dehors de quelques professionnels et de quelques cercles militants, rares sont ceux qui, au sein de la société, savent que des fonctionnaires de l’Office des étrangers sont autorisés en vertu de la loi à détenir des enfants en centre fermé pour un motif administratif lié au séjour de leur(s) parent(s). Plus rares encore sont ceux qui sont conscients que d’ici quelques semaines ou quelques mois, les autorités belges s’apprêtent à renvoyer des familles avec enfants en centre fermé. 

Marche de solidarité avec les familles sans-papiers

Ce mercredi 17 mai, un groupe de familles en séjour irrégulier défilera dans les rues de Bruxelles pour sortir de l’anonymat et dénoncer la politique stigmatisante du gouvernement fédéral. Le CIRÉ soutient cette initiative et vous encourage à participer à cette marche de solidarité.

Arrêt de la Cour de Justice de l’UE sur les visas humanitaires: une occasion manquée et une immense déception- Communiqué de presse - 7 mars 2017

Aujourd’hui, dans un arrêt très attendu et dont la portée dépasse le contexte belge, la Cour de Justice de l’Union européenne réunie en grande chambre a estimé que les États européens ne sont pas obligés de donner des visas humanitaires à toute personne devant fuir des situations inhumaines et dégradantes. Un arrêt très décevant qui se distancie de la position de l’avocat général. Et un signal inquiétant lancé à l’Union européenne et à ses États membres qui ne cessent d’accroître les contrôles aux frontières et de restreindre l’accès au territoire aux migrants et aux réfugiés. Une occasion historique manquée de réaffirmer les valeurs de l’Union européenne basées sur les droits fondamentaux.

Limiter les droits des réfugiés n’a pas de sens

Alors que la Belgique voit arriver un nombre important de réfugiés, le gouvernement a annoncé dans les médias son intention d’adopter des mesures qui visent clairement à restreindre leurs droits. Ce qui va complètement à l’encontre d’une politique d’accueil et d’intégration des réfugiés, plus que nécessaire aujourd’hui. Découvrez le communiqué de presse du CIRÉ et de Vluchtelingenwerk Vlaanderen du 22 octobre 2015.

S'abonner à ce flux RSS