soutien

Toujours plus loin dans la restriction du droit d’asile

En juillet 2017, le Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration a présenté devant le Chambre, en Commission de l’Intérieur, deux projets de loi du Gouvernement fédéral modifiant la loi sur les étrangers et la loi sur l’accueil des demandeurs d’asile. Ces projets de loi colossaux, surnommés « Mammouth », s’étalent sur environ 400 pages et modifient plus de 70 articles de loi.

Soudan : il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre - Communiqué de presse

La dénonciation hier, par le Tahrir Institute for Middle East Policy, de faits présumés de torture et de violence à l’encontre de ressortissants soudanais ayant été identifiés puis expulsés vers le Soudan, suite à la présence de la mission d’identification soudanaise en Belgique en septembre 2017 est la preuve évidente, s’ils sont confirmés, que le gouvernement Michel s’enferme dans sa tour d’ivoire, insensible et déconnecté totalement du vécu des populations migrantes vulnérables, des revendications des associations qui les soutiennent et du respect du droit international.

Vote de la réforme de la loi sur l’asile et le droit des étrangers: farce ou tragédie ? CP

Ce jeudi 9 novembre, le dernier acte de la réforme de la loi sur l’asile et le droit des étrangers va se jouer. Ce projet de loi passera pour la deuxième fois en séance plénière du Parlement fédéral, après avoir été renvoyé en Commission de l’Intérieur. Le rideau tombera sans doute sur un vote favorable. Le réexamen en Commission n'aura été que de pure forme, et non un gage de respect des droits fondamentaux des étrangers en Belgique.

Relocalisation des demandeurs de protection: l’imposture de la solidarité - CP

 Il y a exactement deux ans, l’Union Européenne mettait en oeuvre le "plan de relocalisations" des demandeurs de protection internationale venant de Grèce et d’Italie. Un système de solidarité entre les États membres, auquel la Belgique a participé. Chichement. Froidement. En poursuivant les renvois de demandeurs d’asile vers ces deux pays dont elle se disait solidaire…

Un an de l’accord UE-Turquie: joyeux anniversaire ?

Ce 18 mars, nous avons célébré le 1er anniversaire de l’accord UE-Turquie. Or cet anniversaire est loin d’être un événement heureux. En effet, il permet de faciliter le renvoi des personnes qui atteignent le territoire européen via les îles grecques et la Turquie. Les États européens ont en échange promis à la Turquie 3 milliards d’euros. Or la Turquie n’est ni un pays stable, ni un pays sûr pour les réfugiés et les demandeurs d’asile. Les réfugiés y sont abandonnés dans des conditions précaires et n’ont qu’un accès très limité au travail, à l’éducation et à la santé. Des enfants y sont même soumis au travail forcé. De plus, elle renvoie massivement les Syriens qui tentent de fuir la guerre qui sévit dans leur pays.

La Belgique impuissante à protéger des Syriens d'Alep?

Depuis plusieurs semaines, les projecteurs sont tournés sur l’affaire des visas humanitaires. Les débats de ces derniers jours ont démontré, s’il le fallait encore, que les positions des uns et des autres sur le sujet sont assez tranchées voire inconciliables. Au-delà des polémiques, il est essentiel de revenir au fondement de l’affaire. Une opinion parue le 18 décembre sur le site de la RTBF.

S'abonner à ce flux RSS