soutien

Et nous, on peut rester? - Communiqué de presse du CIRÉ et la LDH du 22 février 2014

Le dimanche 23 février, deux pandas originaires de Chine vont être accueillis sur le tarmac de Bruxelles-National comme des chefs d’État. Pendant ce temps, plusieurs centaines d’Afghans sans droit de séjour attendent eux aussi d’être accueillis car leur vie est menacée en cas de retour en Afghanistan. Pour pointer l’absurdité de cette situation, un encart intitulé « Et nous, on peut rester ?» a été publié par le CIRÉ et la LDH dans l’édition de la Dernière Heure/Les Sports de ce samedi.

La marche des Afghans - communiqué de presse

marche-afghansCe vendredi 20 décembre, le Collectif des Afghans ainsi que des citoyens et associations qui les soutiennent entameront une marche vers la ville du Premier ministre. Ils partiront de la place du Béguinage à Bruxelles demain matin et arriveront à Mons dimanche après-midi.

La situation des Afghans plus que jamais préoccupante

manif-afghans-2013Ce lundi, nous apprenions qu'un jeune homme qui était venu demander l'asile en Belgique aurait été tué suite à son retour en Afghanistan. La Belgique lui avait refusé toute protection internationale. Contraint à vivre dans des conditions misérables, sans droit de séjour, il était retourné dans son pays d'origine.

Sortons les Afghans du "no man's land" actuel

sander-de-wildeD'occupations en manifestations, des familles afghanes ont multiplié les actions ces derniers mois pour faire entendre leur voix. En vain. Ce qu'elles demandent? Que la Belgique leur octroie un droit de séjour. Parce qu'elles sont en Belgique depuis de nombreuses années. Parce que les enfants y ont grandi et vont à l'école. Parce que les parents veulent travailler. Et parce qu'ils vivent dans la crainte d'être expulsés vers l'Afghanistan... Une carte blanche parue le vendredi 4 octobre 2013 dans le journal Le Soir.

Le CIRÉ appelle Maggie De Block au dialogue concernant la situation des Afghans - Communiqué de presse du 26 septembre 2013

maggie-de-block-1Le CIRÉ est fortement préoccupé par la situation des Afghans qui occupaient un bâtiment vide Rue de Trône à Ixelles. Plus de 400 personnes s'y trouvaient dont beaucoup de femmes et d'enfants. Ils ont manifesté à plusieurs reprises, essayant de faire entendre leur voix. Ils ont tenté d'interpeller les autorités sur leur situation, sans succès. Certains hommes ont été arrêtés hier et emmenés en centre fermé. Les autres Afghans sont en train de se faire évacuer du bâtiment. Cela ne solutionnera pas le problème. Bien au contraire.

S'abonner à ce flux RSS