soutien

La Belgique, hôpital du monde?, le huitième numéro de migrations|magazine

La Belgique, hôpital du monde?, le huitième numéro de migrations|magazine ©médecins du monde

Le huitième numéro de migrations|magazine vous propose d’explorer les différentes facettes de la relation entre la santé et les migrations. Accès aux soins dans les pays d'origine, migrations pour raisons médicales, accès aux soins en Belgique et aide médicale urgente, régularisations pour raisons médicales (9ter) et la santé mentale des migrants sont au menu de ce numéro. migrations|magazine est disponible sur abonnement ou dans les bonnes librairies...

Parmi les préjugés pesant sur les immigrés, plane cette idée qu'ils viendraient massivement profiter de notre protection sociale, notamment en matière de santé: accès à l'aide médicale urgente, droit au séjour obtenu pour raisons médicales, surconsommation de soins et de médicaments... Dans le même temps, l'impératif d'un droit universel à la santé est largement répandu dans le droit international et les conventions auxquelles la Belgique est partie. Où trouver alors le point d'équilibre? Comment concilier réalisme économique, responsabilité politique, cohésion sociale et générosité?

Ce 8ème numéro de migrations|magazine vous propose d’explorer les différentes facettes de la relation entre santé et migration. Les migrations pour raisons médicales - qu’elles concernent patients en quête de soins ou professionnels de la santé à la recherche d’emploi - trouvent tout d’abord leur origine dans les déséquilibres mondiaux de développement, déséquilibres auxquels les pays du Nord ne sont pas étrangers.

Aide médicale urgente

En Belgique, l’accès aux soins pour les migrants, loin d’être un boulevard ouvert à tout vent, relève plutôt du parcours du combattant, tant les démarches sont complexes et les responsabilités administratives dispersées. In fine, les migrants en séjour précaire ou irrégulier ont plutôt d’immenses difficultés à se soigner, ce dont témoigne le développement sur notre sol d’une "médecine humanitaire" se substituant aux carences étatiques. Mais c’est surtout dans le lien entre santé et droit au séjour qu’éclate la contradiction entre une approche restrictive de l’immigration et la reconnaissance d’un droit universel à la santé.

9ter

La procédure  "9ter", qui permet l’obtention d’un droit provisoire au séjour pour raisons médicales, a vu ainsi un afflux massif de demandes menant à l’instauration d’un filtre dit "médical" dont le formalisme vise en fait à restreindre le plus possible l’entrée de nouveaux migrants.
Dans la procédure de demande d’asile, les traumatismes physiques ou psychologiques doivent être intenses mais surtout prouvés par le demandeur lui-même pour que lui soit reconnu éventuellement le statut de réfugié, comme si seule la souffrance pouvait garantir un droit irréfutable à l’exil.

La dernière partie de ce numéro ouvre la réflexion sur les enjeux politiques induits par ces contradictions: quel type de société sommes-nous en train de construire lorsque l’on substitue au droit l’arbitraire de la compassion?

Découvrez ce numéro sur:

www.migrations|magazine

Dernière modification le mardi 14 avril 2015 17:44