soutien

Des familles européennes à la rue en 2015 à Bruxelles- Communiqué de presse du 21 mai 2015

© Edu Botella © Edu Botella

Des familles slovaques ont été mises à la rue la semaine dernière. Sans que les autorités ne réagissent. Les associations qui accompagnent les familles en errance à Bruxelles demandent que la Région et les communes bruxelloises adoptent enfin des solutions d’hébergement durables pour éviter ces situations inacceptables.

Hébergées depuis six mois par Fedasil dans un dispositif d’urgence, plusieurs familles slovaques ont été remises à la rue la semaine dernière. Une situation contraire au droit international et belge - Fedasil a d'ailleurs déjà été condamnée à reloger l’une de ces familles - mais aussi au sens commun. Victimes d'une errance interminable (de squats en dispositifs d’accueil pour sans-abris) depuis 2009, ces familles européennes devraient être prises en charge dans des dispositifs leur assurant une stabilisation et un suivi social adéquat. Cela leur permettrait de reprendre pied et de s'insérer en Belgique.

Mais il semble que leur sort n'intéresse personne. Et que remettre des familles à la rue est plus facile que de trouver des moyens coordonnés pour leur donner une chance de sortir du cercle vicieux de l'exclusion et de la stigmatisation dont ils font l'objet. 

Nos organisations demandent que la Région de Bruxelles-Capitale convoque d'urgence une réunion de la task force - créée en 2013 pour, justement, trouver des solutions concertées au problème avec les différents niveaux de pouvoir concernés - et débloque les moyens nécessaires aux communes pour une prise en charge durable de ces familles

Nos organisations demandent que la Région de Bruxelles-Capitale convoque d'urgence une réunion de la task force - créée en 2013 pour, justement, trouver des solutions concertées au problème avec les différents niveaux de pouvoir concernés - et débloque les moyens nécessaires aux communes pour une prise en charge durable de ces familles. C'est le minimum requis dans l'urgence. Si nous ne voulons pas que ces situations intolérables se renouvellent, des projets de type « Housing First » ou « Plan 4 saisons » qui visent l’insertion par le logement et un accompagnement (recherche d'emploi, scolarisation, formations), doivent être engagés pour les familles européennes précaires en errance.

Sont signataires:

  • Amnesty International
  • Bruxelles Laïque
  • CIRÉ
  • FeBUL
  • Ligue des droits de l'Homme
  • Plate-forme Mineurs en exil
  • Rom en Rom
  • ULM

 

Contact:

Caroline Intrand

 

Dernière modification le mercredi 27 mai 2015 17:03