Banner Top

Pour une politique de protection belge et internationale de qualité

Demandeurs d’asile, réfugiés, bénéficiaires de la protection subsidiaire, , pour toutes ces personnes, les besoins de protections sont bien souvent multiples et variés. Pourtant, l’examen des demandes de protection par les instances d’asile et les critères posés par la législation belge et européenne ne permettent pas toujours de prendre en compte ces différents besoins durant la procédure d’asile voire ne permettent pas en bout de course de reconnaître toute personne ayant un besoin de protection. C’est pourquoi le CIRÉ entend bien “défendre et promouvoir une politique de protection belge et internationale de qualité”.

Les réfugiés sont, parmi les migrants, un public très vulnérable de part la protection qu’ils – n’ont pas dans leur pays d’origine et les persécutions ou atteintes graves qu’ils invoquent. Travailler sur cette thématique d’action, consiste notamment à s’assurer de la qualité de la procédure d’asile mise en place en Belgique et à l’améliorer, – à veiller à ce que la procédure d’asile garantisse le respect de la Convention de Genève et des Directives européennes en la matière, à s’assurer que la procédure d’asile soit accessible à tous les demandeurs d’asile en termes d’accès au territoire, en termes financiers mais aussi pratiques (accompagnement social, médical et juridique), et à plaider pour la création de nouveaux outils de protection afin d’assurer une protection à tous ceux qui en ont besoin.

Prendre en compte les besoins de protection

Malgré l’élargissement de la protection en Belgique avec l’introduction d’un nouveau statut, la protection subsidiaire, il existe toujours des situations parmi lesquelles des victimes de persécutions, de traitements inhumains et dégradants ou de violations généralisées des droits de l’Homme ne sont pas protégées . Il importe de pousser les autorités politiques, judiciaires et administratives à sans cesse réfléchir aux formes de protection existantes et à les repenser afin qu’elles prennent en compte plus largement l’ensemble des besoins de protection. L’expérience montre que l’asile au sens large du terme est en perpétuelle évolution. À côté des opposants politiques pouvant demander protection sur base de la Convention de Genève, il existe d’autres formes de persécutions et donc de besoins de protection auxquelles les législations nationales et internationales ne répondent pas (notamment concernant les réfugiés climatiques ou les personnes fuyant la violence généralisée dans un autre cadre que celui du conflit armé).

Atteindre le territoire européen pour demander l’asile

Cette thématique d’action a également pour objectif de sensibiliser l’opinion publique mais également les autorités au fait que les discours sécuritaires et critiques à l’égard des réfugiés sont partiels, partials voire erronés. Et donc, qu’il n’est aucunement question d’un afflux massif de réfugiés vers l’Europe ou vers la Belgique (80% des réfugiés sont déplacés dans leur propre pays ou sont dans des pays limitrophes), qu’il n’est pas plus question d’accueillir toute la misère du monde mais d’en accueillir sa juste part, que l’exil n’est souvent pas un choix et que les réfugiés viennent chercher une protection internationaleplus qu’un avenir économique. Ces personnes qui viennent nous demander protection ont souvent de bonnes raisons de venir, Il entre dans nos objectifs de montrer et de combattre le danger des politiques restrictives menées en matière d’accès à la procédure, de contrôles des frontières, d’abaissement des garanties procédurales et qui ammènent la Belgique ou l’Europe à violer ses obligations internationales en la matière. L’Europe ne peut devenir une forteresse inviolable car les réfugiés devront sans cesse trouver un refuge car cela est souvent une question de survie. C’est pourquoi, il nous importe fondamentalement de garantir aux réfugiés qu’ils continueront, au delà des discours et des politiques menées, de trouver en Europe et en Belgique une terre d’asile et un avenir.

Article mis à jour le

Mots clés
Share This