Banner Top

Les procédures du regroupement familial: un frein à l’intégration

Le regroupement familial est la première voie d’entrée légale en Belgique, avant la procédure d’asile, le séjour étudiant et le séjour sur base du travail. Il concerne donc une part importante de la population étrangère qui réside légalement en Belgique et de nombreux Belges et Européens qui se font rejoindre par les membres de leur famille étrangers.

Le regroupement familial et les procédures qui y sont liées (mariage/cohabitation légale) ont fait l’objet ces dernières années de modifications législatives restrictives, ajoutant des conditions et limitant les droits pour les étrangers, comme pour les Belges et les Européens de vivre en famille. De nombreux couples et familles peinent aujourd’hui à remplir les conditions du regroupement familial et ne peuvent parfois tout simplement pas être réunies.

Les mesures restrictives relatives à l’admission et au séjour des membres de la famille n’ont pas favorisé l’intégration et, dans de nombreux cas, peuvent l’avoir entravée.

Alors que la Belgique s’est dotée de parcours d’intégration, maintenant effectifs dans les trois régions du pays afin que les primo-arrivants puissent s’insérer le plus rapidement possible au sein de la société belge, et qu’elle fait de l’intégration tant une condition pour le renouvellement du séjour que pour l’accès à la nationalité belge, le cadre actuel du séjour des étrangers, et en particulier du regroupement familial, freine le processus d’intégration de nombreuses personnes.

La présente analyse aborde, dans un premier temps, ce qu’est devenu le regroupement familial suite aux nombreuses réformes qu’il a subi. Elle revient également sur le nombre et la difficulté des conditions à remplir pour les familles qui retardent dans la plupart des cas le regroupement familial et sur les effets de cette procédure sur le processus d’intégration des regroupants. Elle aborde enfin l’insécurité juridique liée au statut de séjour précaire dans lequel se trouvent les membres de famille à qui l’on demande aujourd’hui de prouver les efforts d’intégration.

Découvrez cette analyse

Article mis à jour le

Share This